L’importance du pâturage

Accueil / L’importance du pâturage


Les bienfaits du pâturage en résumé.

L’importance du pâturage.

Les moutons sont des mammifères de la famille des ruminants. Tout comme les cervidés (chevreuils) et les bovins (vaches) ils possèdent un système digestif qui leur permet de digérer l’herbe afin de profiter de tous les nutriments contenus dans les plantes.

L’alimentation des moutons peut être complémentée de grains pour améliorer la ration basée sur des fourrages de moindre qualité ou pour accélérer la croissance des agneaux. Quand les agneaux sont nourris surtout de grains (dans la majorité des élevages conventionnels), ils ont des gains de poids beaucoup plus élevés qu’à l’herbe accélérant ainsi la  « production de viande ».

Dans un système d’élevage au pâturage, les agneaux ont une croissance plus lente, plus près de la nature. Les animaux ont beaucoup plus d’espace que dans le confinement d’une bergerie, ils ont donc moins de stress, moins de compétition pour l’alimentation et moins d’intervention de médicaments et antibiotiques. Comme nos moutons sont élevés à la « Bio » et qu’ils vivent au rythme des saisons, nul besoin d’utiliser des hormones ou de manipuler la luminosité pour synchroniser leurs périodes de reproductions.
 
Enfin, en permettant à nos animaux de s’alimenter directement au pâturage comme un bar à salade à volonté, nous utilisons beaucoup moins nos machineries et tracteurs pour faire « les foins ». Nous réduisons ainsi l’utilisation de carburant et la production de gaz à effet de serre.

Un autre des avantages d’élever des animaux aux pâturages est la qualité de leur viande. En comparaison avec des animaux élevés en bergerie, la viande des animaux élevés au pâturage contient moins de gras saturé, de cholestérol et de calories. La viande de pâturage contient plus de vitamine E, bêta-carotène, vitamine C, d’acide linoléique et d’oméga-3. Contrairement aux bienfaisants oméga-3, ce sont les oméga-6, reconnus pour bloquer les artères et contribuer aux maladies cardio-vasculaires qui sont présentes dans la viande d’élevage d’agneaux aux grains.

Dans une vision d’utilisation optimale des ressources, nous croyons que les élevages devraient être développés pour l’utilisation judicieuse de l’herbe pour les ruminants (bovin, ovin, caprin) et le grain, pour les humains.

L’alimentation au pâturage: un art et une science.

Élevé des animaux aux pâturages exige plus de connaissances, d’habiletés et de temps que de les garder à longueur d’année en bergerie. Par exemple, nous pratiquons le pâturage en bande qui consiste en une rotation de nos pâturages en leur donnant une lisière à la fois en déplaçant les rubans électrifiés environ toutes les semaines. Cela permet au pâturage d’avoir certaines parties au repos et de se régénérer. Cette pratique permet aussi aux animaux de distribuer leur fumier sur une grande surface fertilisant ainsi les champs naturellement sans perte et sans excès.

La gestion des pâturages inclut aussi l’entretien des clôtures, la fauche de l‘herbe sous les clôtures électriques, le déplacement des rubans électriques et des troupeaux.

Les ovins sont des herbivores et ne sont donc pas des prédateurs, mais plutôt des proies. Au pâturage, nous devons aussi voir à la protection de nos moutons. Afin d’assurer leur sécurité, nos chiens de troupeau Berger, Belle et Vanille sont indispensables. Ils protègent le troupeau contre les prédateurs naturels de nos forêts laurentiennes : les coyotes, les loups et les ours.

 « Le bonheur est dans le pré! »

Sources:
http://www.ifoam.org/pdfs/POA_folder_french.pdf
http://www.americangrassfed.org/
http://www.eatwild.com/basics.html